Pour France Culture

 Émission Sur les Docks du 24/03/2014

Les Sopranos du barreau, de Léa Minod, Léanissa Jabri et Diphy Mariani

Maître Pierre Blazy, avocat au Barreau de Bordeaux, élu « macho » de l’année 2013 par Les Chiennes de garde, a affirmé que les femmes n’avaient pas les « épaules » pour plaider au pénal.

Le pénal, du brutal, du lourd : des trafics de drogue, des assassins, des petits et grands truands et des violeurs aussi. Autant de situations devant lesquelles une femme n’aurait pas l’étoffe ou la crédibilité nécessaire pour se démarquer : bien trop émotive, comment demeurer objective en toutes circonstances ?

Un plafond de verre et de préjugés que certaines avocates n’osent pas franchir, craignant que leur voix peinent à percer parmi les ténors du barreau…

Marie-Alix, Myriam, Agnès et les autres ne sont pas de celles-ci. Attachées à comprendre l’humain derrière le crime, sensibles et solides, elles plaident dans la cage aux lions et se soucient peu des rugissements.

 

Émission l’Atelier de Création du 18/12/2011

Le Berce Oreilles, de Léa Minod et Gilles Mardirossian

L’instant qui précède le sommeil, les yeux se ferment ; seules les oreilles demeurent à l’affut.Puis la raison cherche un apaisement dans les sons qui l’enveloppent et se répètent, chaque soir, rituellement.Enfant, il y a les comptines ou les histoires que relatent des voix familières. Il y a également les sons quotidiens qui s’immiscent dans la chambre, en même temps que la lumière, par la porte entr’ouverte.Autant de repères sonores qui tissent un lien et permettent peu à peu le basculement de la verticalité à l’horizontalité, de la conscience vers l’inconscience.Car c’est bien davantage le silence que fuit l’enfant, le silence et le noir. Ce silence qui accuse le vide.Oscar, Yuliana, Fred et les autres remontent le fil de leur mémoire pour tenter de restituer l’image sonore de leurs endormissements.Une question surgit alors : qu’est-ce qui pousse les adultes qu’ils sont devenus à chercher le sommeil dans le silence ?

Émission Sur les Docks du 31/05/2012

A fleur de peaux, de Léa Minod, Chloé Sanchez et Guillaume Baldy

Bien des rumeurs circulent autour du corps féminin : il serait cyclique, soumis à des humeurs obscures, un mythe inaccessible, une enveloppe esthétique.
Mais qu’est-ce qu’un corps de femme ? Que nous raconte sa chair, sa peau ?
Elles ont entre quatorze et quatre-vingt-sept ans. Barbara, Nelly et les autres… autant de femmes comme autant d’histoires tissées avec leur corps au fil du temps.
Pour « Sur les docks », Chloé Sanchez et Léa Minod ont prêté attention à ces corps. Elles ont interrogé les douleurs, les plaisirs, les plis et replis, à l’écoute des sensations.
Et puis, en rassemblant ces fragments de chair, un seul corps se dégage : celui d’une femme protéiforme, depuis les dernières rides jusqu’au premier souffle.

___________________________________________

Émission Les Passagers de La Nuit

L’homme aux machines parlantes, de Léa Minod et Bertrand Chaumeton, le 13/10/2010

A Pigalle, à l’angle de la discrète rue Lallier et du tonitruant boulevard Rochechouart, une large vitrine expose d’étranges appareils. «Des machines parlantes », ainsi les nomme le propriétaire de la boutique, Jalal Aro.  Appelons-les  « phonographes ».

Dans sa boutique, Jalal Aro invite le chaland à remonter les aiguilles, jusqu’aux premiers enregistrements.

Nostalgie d’une époque révolue, souvent méconnue. Les voix chevrotantes du siècle passé s’animent. Elles chantent. « Si l’on pouvait arrêter les aiguilles »…

Des cheveux sur la langue, de Léa Minod et Bertrand Chaumeton, le 30/11/2010

Vêtements neutres, cheveux  neutres. Pour échapper aux jugements hâtifs,  il faut aborder une apparence incolore, presque inodore. Tel est le credo de Nacim. Pourtant, voilà quelques mois que sa tignasse lui brouille la vue comme une myopie dégénérative. Ça lui entre dans les oreilles, ça lui chatouille le nez, ça lui tombe dans la bouche. Voilà quelques mois que son apparence trahit un trait de sa personnalité à son insu : Nacim a la flemme.Mais cette semaine, c’est décidé. Le jeune homme en quête de neutralité se fera ratiboiser.Il a pris rendez-vous avec la coiffeuse à domicile Géraldine Peal. Une coupe de cheveux intime, loin des regards inquisiteurs d’un salon.  Et Nacim peut jeter son peigne.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s